Jump to content

Rübezahl

Membre Adhérent
  • Content Count

    10764
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    9

About Rübezahl

  • Rank
    Erudit
  • Birthday 01/01/1960

Previous Fields

  • Tendance
    Anarcap
  • Ma référence
    Rand, Sowell

Contact Methods

  • Website URL
    http://UpLib.fr

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    non
  • Interests
    Science, technologie, open, ...

Recent Profile Visitors

2120 profile views
  1. Il a aussi une voix assez particulière. En tous cas, ça s'entend bien sur ce court extrait.
  2. gitlab, github, etc sont utilisables pas seulement par les développeurs.
  3. Il me semble qu'on peut arguer de l'ignorance pour excuser à peu près tout. Et c'est d'ailleurs un argument usuel dans les prétoires. Il y a des gens qui font délibérément le mal car ils recherchent une relation de pouvoir, de domination. Le mal est le moyen, l'instrument perçu par eux comme nécessaire (voire obligé) pour obtenir la relation de pouvoir souhaitée. Le mal est consubstantiel de la relation de pouvoir. Si la manière qui me convient de matérialiser ma domination sur un tiers est de m'asseoir sur lui, et bien il faut donc en passer par là (qui lui cause du mal). Même quand les personnes en face leur disent "mais vous me faites du mal", ou "svp arrêtez de me faire du mal", ils continuent. J'ai donc du mal à admettre un éventuel argument d'ignorance.
  4. ... on peut quand même présumer d'un assez gros overlap. à moins d'un assez gros accident, mon moi demain et mon moi maintenant, ils ne devraient pas trop diverger.
  5. Dans un certain sens, la réussite du capitalisme est de permettre de se payer de pareils abrutis (en quantité industrielle aujourd'hui). Dans un autre sens, ça fout quand même un peu les vers.
  6. C'est certain que pour tuer quelqu'un impunément en France, la bagnole ou le fusil de chasse sont de très bons moyens.
  7. Du moment qu'un lien pointe sur du vrai contenu, il n'y a rigoureusement aucune raison légitime à y toucher.
  8. Les dernières sorties extra-véhiculaires que j'ai vu, l'astronaute est installé dans un siège assez costaud. Largement la place pour un dispositif comme ci-dessus (en plus petit). (Ces histoires de moment gyroscopiques, c'est tout de même assez fou !)
  9. Sur le sujet du bonheur. Il me semble qu'il y a un empilement de choses. 1/ En 1°, il y a le bonheur (simple) de la survie. (L'instinct de survie étant consubstantiel des individus vivants. On peut bien sûr ne pas avoir le désir de survivre, mais alors on finit souvent mort prématurément). La survie est elle-même acquise grâce aux franchissements de certains seuils (absorber tant de calories, dormir tant d'heures, etc). Chaque journée passée à se rapprocher du franchissement de ces seuils vitaux est un pas bénéfique, et donc perçue comme tel. 2/ Une fois les seuils vitaux franchis (et déjà avant en fait), se pose la question de l'efficacité pour y arriver. On a plutôt tendance, généralement, à préférer les moyens les plus efficaces. Trouver/inventer ces moyens efficaces est bénéfique, et donc perçu comme tel. 3/ Une fois les 2 points précédents réalisés, il y a la satisfaction de les avoir réalisés. D'être à l'abri soi-même, et éventuellement ses proches (dont la progéniture). Il y a donc la capacité d'accumuler désormais soit du capital matériel soit du capital-temps. ça peut servir à encore consolider. ça peut servir à accumuler du capital pour s'attaquer à des problèmes plus ardus. ça peut servir à explorer des trucs plus sioux. Il y a des questions/problèmes qui nécessitent de disposer d'un capital-temps. Bien sûr, cela ne concerne pas tout le monde, chacun s'arrête à un moment donné ou l'autre au niveau qu'il considère lui-même suffisant. Il y a des gens qui vivent au jour le jour, et d'autres qui veulent posséder une usine, un château ou un yacht. Chaque étape étant réalisée volontairement, on a du mal à voir comment cela pourrait être antagoniste au bonheur.
  10. C'est une explication. Pas une excuse. Et ça semble se répéter à chaque déplacement. Si ce con ne peut plus sortir sans transformer le lieu en décor de théâtre (à 100 millions d'accessoiristes) qu'il reste avec mémé à grignoter des biscottes. Je finance le 1° paquet 100% de ma poche.
  11. Moi non plus. (Et c'est pas d'hier). Autant être jugé par quelques gus encravatés membres d'une bande de voyous. C'est kif-kif.
×
×
  • Create New...