Jump to content
Gio

Agriculture et libéralisation

Recommended Posts

il y a 44 minutes, Rincevent a dit :

j'ai acquis la conviction qu'il n'y a aucune différence de politique [...] entre Hollande et Macron.

Peux-tu expliciter ? Tu as des exemples ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Liber Pater a dit :

Peux-tu expliciter ? Tu as des exemples ?

Lis le livre. :lol:

 

Mais sinon, et comme il l'a montré lorsqu'il était prof d'éco à Sciences-Po, Hollande est parfaitement centriste en matière de politique économique, complètement imprégné de synthèse néoclassique (qui, contrairement à ce que son nom laisse croire, est néoclassique en microéconomie, mais keynésienne en macroéconomie). Les résultats de sa politique économique montrent d'ailleurs à quel point ce courant de pensée est à côté de ses pompes. ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il ne manque plus que la subvention pour compenser la hausse financé par une taxe sur la grande distribution.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon ça a peut-être déjà été posté mais l'exemple d'agriculture privatisée est la Nouvelle-Zélande : https://www.cato.org/publications/commentary/new-zealand-farmers-dont-want-subsidies

Cela n'a pas été mentionné sur le thread consacré à la NZ en tout cas.

Citation

Since the reforms, agriculture’s contribution to New Zealand’s economy has remained steady at about 5 percent of gross domestic product (GDP). Adding activities outside the farm gate, such as processing of milk, meat and wool, agriculture is estimated to contribute over 15 percent of GDP. By contrast, agriculture’s share of the economy has fallen in many other industrial countries.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Vilfredo Pareto a dit :

Sinon ça a peut-être déjà été posté mais l'exemple d'agriculture privatisée est la Nouvelle-Zélande : https://www.cato.org/publications/commentary/new-zealand-farmers-dont-want-subsidies

Cela n'a pas été mentionné sur le thread consacré à la NZ en tout cas.

 

 

Et d'ailleurs, les agriculteurs kiwis sont en train progressivement de changer de modèle d'agriculture, adoptant un modèle beaucoup plus respectueux des sols, ce qui confirme que l'Etat n'est pas l'ami de l'environnement : https://www.no-tillfarmer.com/articles/6230-new-zealanders-benefit-from-no-till

Pour rappel, l'agriculture dite "conventionnelle", axée sur la recherche de rentabilité à court terme, tant critiquée par les écolos, est depuis le début lié à des politiques ultra-interventionnistes ("révolution verte"). L'agriculture de conservation consiste à préserver les sols notamment en limitant ou en se passant du labour, car c'est le travail mécanique des sols qui les tues, bien plus que les intrants (dont les effets négatifs, notamment le nitrate qui s'écoule et nourrit les algues vertes, sont souvent eux même dû à la mort du sol due au labour). C'est ce que se mettent à faire les néo-zélandais maintenant que l'Etat ne s'occupent plus d'eux. Logique, puisque le propriétaire est incité à penser à long terme... Et à coté, le bio, c'est une aberration idéologique, qui vise à supprimer certains intrants arbitrairement considérés comme contre-nature, tout en détruisant beaucoup plus l'environnement, puisqu'il utilise des insecticides très nocifs (sulfate de cuivre, huile de neem), qu'il est contraint d'avoir recours au labour par son refus d'utiliser des herbicides comme le glyphosate, et qu'il est contraint de déforester beaucoup plus pour produire autant du fait de sa plus faible rentabilité.

 

Bref, la Nouvelle-Zélande le montre, pour une agriculture respectueuse de l'environnement, il faut la libéraliser. Dans les dents, Méluche.

Share this post


Link to post
Share on other sites
 
Et d'ailleurs, les agriculteurs kiwis sont en train progressivement de changer de modèle d'agriculture, adoptant un modèle beaucoup plus respectueux des sols, ce qui confirme que l'Etat n'est pas l'ami de l'environnement : https://www.no-tillfarmer.com/articles/6230-new-zealanders-benefit-from-no-till
Pour rappel, l'agriculture dite "conventionnelle", axée sur la recherche de rentabilité à court terme, tant critiquée par les écolos, est depuis le début lié à des politiques ultra-interventionnistes ("révolution verte"). L'agriculture de conservation consiste à préserver les sols notamment en limitant ou en se passant du labour, car c'est le travail mécanique des sols qui les tues, bien plus que les intrants (dont les effets négatifs, notamment le nitrate qui s'écoule et nourrit les algues vertes, sont souvent eux même dû à la mort du sol due au labour). C'est ce que se mettent à faire les néo-zélandais maintenant que l'Etat ne s'occupent plus d'eux. Logique, puisque le propriétaire est incité à penser à long terme... Et à coté, le bio, c'est une aberration idéologique, qui vise à supprimer certains intrants arbitrairement considérés comme contre-nature, tout en détruisant beaucoup plus l'environnement, puisqu'il utilise des insecticides très nocifs (sulfate de cuivre, huile de neem), qu'il est contraint d'avoir recours au labour par son refus d'utiliser des herbicides comme le glyphosate, et qu'il est contraint de déforester beaucoup plus pour produire autant du fait de sa plus faible rentabilité.
 
Bref, la Nouvelle-Zélande le montre, pour une agriculture respectueuse de l'environnement, il faut la libéraliser. Dans les dents, Méluche.
T'as l'air de bien t'y connaître dans le domaine. Tu n'aurais pas rédigé un petit article sur Contrepoints déjà ? ;) Et sinon, tu penses en écrire un ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Mégille a dit :

 

Et d'ailleurs, les agriculteurs kiwis sont en train progressivement de changer de modèle d'agriculture, adoptant un modèle beaucoup plus respectueux des sols, ce qui confirme que l'Etat n'est pas l'ami de l'environnement : https://www.no-tillfarmer.com/articles/6230-new-zealanders-benefit-from-no-till

Pour rappel, l'agriculture dite "conventionnelle", axée sur la recherche de rentabilité à court terme, tant critiquée par les écolos, est depuis le début lié à des politiques ultra-interventionnistes ("révolution verte"). L'agriculture de conservation consiste à préserver les sols notamment en limitant ou en se passant du labour, car c'est le travail mécanique des sols qui les tues, bien plus que les intrants (dont les effets négatifs, notamment le nitrate qui s'écoule et nourrit les algues vertes, sont souvent eux même dû à la mort du sol due au labour). C'est ce que se mettent à faire les néo-zélandais maintenant que l'Etat ne s'occupent plus d'eux. Logique, puisque le propriétaire est incité à penser à long terme... Et à coté, le bio, c'est une aberration idéologique, qui vise à supprimer certains intrants arbitrairement considérés comme contre-nature, tout en détruisant beaucoup plus l'environnement, puisqu'il utilise des insecticides très nocifs (sulfate de cuivre, huile de neem), qu'il est contraint d'avoir recours au labour par son refus d'utiliser des herbicides comme le glyphosate, et qu'il est contraint de déforester beaucoup plus pour produire autant du fait de sa plus faible rentabilité.

 

Bref, la Nouvelle-Zélande le montre, pour une agriculture respectueuse de l'environnement, il faut la libéraliser. Dans les dents, Méluche.

C'est pas le seul cas d'ailleurs. On avait évoqué ici les végétariens qui se sont mis à produire des porcs et que ça améliorait la bio diversité par exemple. 

 

 

En France, l'agriculture de conservation est officiellement encouragée par des mesures agricoles spécifiques appelles MAEC mais qui concernent plus de choses que le simple no-till

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne crois pas qu’on en a parlé mais les histoires qui entourent l’AOP camembert sont l’exemple type de pourquoi l’Etat doit être virée du label.

 

Un label se crée patientamment une image de marque et la loi trompe les consommateurs au profit - ici - des industriels en modifiant le cahier des charges. 

 

https://www.france24.com/fr/20190319-focus-camembert-appelation-origine-controlee-agriculteurs-industrie-agro-alimentaire

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...