Jump to content
Sanson

Libéralisation du marché du travail et pauvreté

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Mégille a dit :

Ca laisse en suspens le problème de la responsabilité et du déterminisme, mais ce n'est pas plus mal. C'est déja suffisamment le foutoir en politique pour ne pas y ramener l'encore plus gros foutoir de la métaphysique.

 

Faut pas pousser la différenciation des parties de la philosophie trop loin non plus hein (cf ma signature).

 

Cela dit, s'agissant du problème du libre-arbitre en particulier, les implications politiques ne m'apparaissent pas évidentes. A moins qu'on tire du déterminisme une conclusion contre toute responsabilité personnelle (ce que fait Nietzsche), mais même si c'était logique (et je ne le pense pas), je crois que le commun des mortels préféreraient des croyances fausses à même de permettre la vie sociale que des vérités anarchisantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais avec qui vous discutez de ces sujets ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi j'attends les cours de vulgarisation de philosophie, sociologie, anthropologie, psychologie et sciences politiques de  @Johnathan R. Razorback , willing to pay for that

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, ttoinou a dit :

Moi j'attends les cours de vulgarisation de philosophie, sociologie, anthropologie, psychologie et sciences politiques de  @Johnathan R. Razorback , willing to pay for that

 

C'est gentil ^^

Honnêtement, j'aurais le savoir-faire technique pour me lancer sur Youtube, je pense que ce serait déjà fait :P Et moins pour la gloire de -soyons fous- quelques centaines de vues sur des matières ardues, que pour la satisfaction morale de réfuter quelques bêtises populaires.

 

(En attendant, j'ai un blog ;)http://oratio-obscura.blogspot.com/ ).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, cedric.og a dit :

Je dis simplement que les assurances sont bien mieux placées que les patients pour noter un acte médical.

Ce qui n'empêche pas d'avoir en plus une note "client" pour noter le confort, mais ce n'est pas lié à la qualité du soin.

Les clients aussi ont leur mot à dire. Le problème de "on ne s'y connait pas" est le même que celui des consommateurs d’électronique grand public par exemple. Il y a des commentaires bêtes et des commentaires utiles, il faudra trier c'est un problème générique.

 

Et puis ça peut permettre de faire remonter des trucs intéressants, incompétence / négligence du personnel qui mène à la mort, personnel malpoli, hôpital bondé, médecin qui a fait un mauvais pronostic je l'ai découvert 1 an plus tard etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

 

C'est gentil ^^

Honnêtement, j'aurais le savoir-faire technique pour me lancer sur Youtube, je pense que ce serait déjà fait :P Et moins pour la gloire de -soyons fous- quelques centaines de vues sur des matières ardues, que pour la satisfaction morale de réfuter quelques bêtises populaires.

Ouais faut s'associer avec d'autres, ça prend du temps et de l'argent, être sur la même longueur d'onde...

 

Citation

(En attendant, j'ai un blog ;)http://oratio-obscura.blogspot.com/ ).

Je connais un peu ton blog mais je pensais pas a ça niveau vulgarisation. Je pensais plus a un truc général, par exemple j'avais bien aimé Histoire de la philosophie occidentale de JF Revel et quand je te lis ici ça me donne envie de m'y replonger et faire des fiches pour avoir une vue d'ensemble

 

D'ailleurs je pensais pas forcement au format vidéo, faut que je me renseigne sur les formats multimédia hybrides. Style ce genre de trucs (tu peux cliquer sur une proposition !) https://www.denizcemonduygu.com/philo/browse/

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

Faut pas pousser la différenciation des parties de la philosophie trop loin non plus hein (cf ma signature).

Tous les niveaux de la réflexion s'articulent et reposent ultimement les uns sur les autres, mais ils ont tout de même généralement suffisamment d'autonomie pour être traité séparément les uns des autres. Fondamentalement, c'est la génétique et la chimie moléculaire qui permettent de comprendre les mécanismes de l'hérédité et de la mutation à la racine du processus d'évolution, mais Darwin n'avait pas besoin de connaître tout ça (et de fait, il n'en savait rien), et il est tout à fait possible de réfuter un créationniste sans remonter à un niveau supérieur, tout comme il est possible de comprendre l'évolution tout en se trompant sur ce qu'il y a en amont (par exemple, Darwin avec drôle de théorie de la panspermie).

Idem pour la défense de la liberté individuelle. Oui, il y a des fondements méta-éthiques, et sans doute même métaphysiques, mais remonter jusqu'à eux n'est ni nécessaire, ni forcément très pertinent. En l'occurrence, nous sommes d'accord pour dire que la question du libre-arbitre ne change pas grand chose ici. Pourtant, on peut difficilement la contourner quand on cherche les sources de la morale.

 

il y a 54 minutes, Tramp a dit :

Mais avec qui vous discutez de ces sujets ?

Ca vole jamais bien haut, mais c'est un argument fréquent des gauchistes semi-éduqués et amateurs de sociologie. Le libéral aurait tort parce qu'il croit que les individus sont libres, c'est à dire qu'il croit au libre-arbitre, alors que les gens sont conditionnés par des déterminismes socio-culturels qui leurs font reproduire des structures de domination à travers lesquelles s'exercent des violences symboliques. Et donc le libéralisme, c'est l'esclavagisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, cedric.og a dit :

Personellement, la dernière fois que j'ai du choisir un hôpital, étrangement je me suis plus fié aux statistiques de l'hôpital plutôt que des notes débiles vues sur internet du style "l'accueil est vieillot".

 

AMHA il faut les deux. D'une part, les statistiques datent toujours de quelques mois et parfois de quelques années et d'autre part les notes et commentaires peuvent refléter ce que tu attends d'un hôpital.

Évidemment, il faut faire le tri dans les commentaires. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
38 minutes ago, ttoinou said:

Moi j'attends les cours de vulgarisation de philosophie, sociologie, anthropologie, psychologie et sciences politiques de  @Johnathan R. Razorback , willing to pay for that

 

26 minutes ago, Johnathan R. Razorback said:

 

C'est gentil ^^

Honnêtement, j'aurais le savoir-faire technique pour me lancer sur Youtube, je pense que ce serait déjà fait :P

 

Pourquoi ne pas rejoindre une structure déjà existante ? http://www.ecoleliberte.fr par exemple, ils ont déjà des vidéos de vulgarisation assez bien foutues

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Mégille a dit :

Ca vole jamais bien haut, mais c'est un argument fréquent des gauchistes semi-éduqués et amateurs de sociologie.

 

Lordon écrit explicitement ça dans La Société des affects. Le libéralisme est faux parce qu'il repose sur le libre-arbitre qui est faux. Dieux que c'est bête.

 

Spinoza doit se retourner dans sa tombe quand il voit qu'on veut essayer de le rendre compatible avec le marxisme, alors qu'il est un précurseur du libéralisme (de l'Etat neutre, dit Aron).

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 minutes ago, Johnathan R. Razorback said:

Lordon écrit explicitement ça dans La Société des affects. Le libéralisme est faux parce qu'il repose sur le libre-arbitre qui est faux. Dieux que c'est bête.

 

En soi le libre-arbitre est une abstraction philosophique sur laquelle repose toute la société occidentale : il serait en effet impossible de créer un système de justice (donc des lois) sans supposer l'existence du libre arbitre. Mais en terme biologiques/physiologiques, c'est pas aussi simple.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, cedric.og a dit :

"5 étoiles, ce médecin a soigné ma grippe en une semaine grâce a une prescription d'oscillococcinum"

 

C'est un peu comme vouloir noter les hôpitaux : "0 étoiles, ne possède pas le wifi".

 

Une meilleure alternative reste tout de même la recommandation par labels ou par assurance. Ma mutuelle n'a aucun intérêt a me voir a l'hosto donc va me conseiller le meilleur médecin possible, tout en évitant la bobologie qui accumulée finit par coûter cher.

 

Surprise, ça existe déjà : les assurances habitation font ça pour tout type de dégât et ça marche très bien.

Ça sera le même problème fondamentalement avec les assurances. Les hopitaux maximiseront les indicateurs plutôt que les soins.

Les clients sont importants, parce qu'ils te font remonter une information anarchique et sans filtre, mais surtout, une information pas formalisée selon un cahier des charges.

Il y a 9 heures, cedric.og a dit :

"5 étoiles, ce médecin a soigné ma grippe en une semaine grâce a une prescription d'oscillococcinum"

 

C'est un peu comme vouloir noter les hôpitaux : "0 étoiles, ne possède pas le wifi".

 

Une meilleure alternative reste tout de même la recommandation par labels ou par assurance. Ma mutuelle n'a aucun intérêt a me voir a l'hosto donc va me conseiller le meilleur médecin possible, tout en évitant la bobologie qui accumulée finit par coûter cher.

 

Surprise, ça existe déjà : les assurances habitation font ça pour tout type de dégât et ça marche très bien.

Ça sera le même problème fondamentalement avec les assurances. Les hopitaux maximiseront les indicateurs plutôt que les soins.

Les clients sont importants, parce qu'ils te font remonter une information anarchique et sans filtre, mais surtout, une information pas formalisée selon un cahier des charges.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je disais ça notamment parce que j’ai eu quelques échanges rapides avec un pote kinésithérapeute qui se plaignait que la notation des hôpitaux allait arriver alors « qu’ils (les oints du seigneurs) savent déjà très bien ce qui ne va pas et que les patients ils vont faire rien qu’à pleurnicher (salauds de cancéreux) »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

Mais ces histoires de "psychologie objectiviste" me semblent, euh, douteuses...

Check your premises, c'est un peu la base des thérapies cognitives, tu sais.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

Lordon écrit explicitement ça dans La Société des affects. Le libéralisme est faux parce qu'il repose sur le libre-arbitre qui est faux. Dieux que c'est bête.

 

 Tu veux pas nous sortir le paragraphe ? :p 

 

 Schopenhauer était libéral, tout en ayant tué le libre-arbitre. J'en ferai une vidéo : l'erreur de Lordon :p 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 44 minutes, Nigel a dit :

1): Tu veux pas nous sortir le paragraphe ? :p 

 

2): Schopenhauer était libéral

 

1): "Les orientations du régime d'accumulation néolibéral, notamment dans la pratique du rapport salarial, viennent perturber l'idée simple qu'on se fait spontanément de la domination, cela précisément parce que l'entreprise néolibérale se targue désormais de fonctionner au "consentement". Et de triompher: comment peut-on persister à dire de salariés consentants qu'ils sont dominés ?" (p.17)

"La vérité du "consentement" n'est pas de l'ordre de la liberté mais de l'ordre des passions: c'est la joie qui fait dire oui." (p.17)

"Le point de vue extérieur, qui ne perd pas de vue le rapport objectif d'exploitation, se trouve alors déstabilisé d'être confronté à la joie de ceux qu'il tient objectivement pour des exploités, et pour peu qu'il reste pris dans le subjectivisme spontané qui informe notre vision immédiate de nous-mêmes et du monde, il ne parvient à se tirer de cette dissonance que par les fausses solutions verbales de la "servitude volontaire", sorte de concentré de toutes les apories subjectivistes du libre arbitre, révélées par les situations de domination "heureuse"." (p.18)

 

D'où la justification par Lordon de sa propre démarche:


"[Une science sociale spinoziste] détruit le socle métaphysique de la pensée libérale." (p.21)

-Frédéric Lordon, La Société des affects. Pour un structuralisme des passions, Éditions du Seuil, coll. L'ordre philosophique, 2013, 284 pages.

 

2): Moui, je doute. Le libéralisme c'est plus que l'anti-hégélianisme hein :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

2): Moui, je doute. Le libéralisme c'est plus que l'anti-hégélianisme hein :D

 

 Lis le livre IV du "Monde comme...". C'est très clair que si.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, en politique, Schopy est un lockéen assez orthodoxe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By Bézoukhov
      Bonjour,
       
      Un sujet pour énumérer les différentes réformes/lois en vigueur dans les restes du monde sur l'emploi, et qui pourraient être applicables en France.
    • By Bézoukhov
      Bonjour,
       
      Un sujet pour récupérer les différentes analyses et propositions sur l'emploi émanant de :
      - programmes politiques français ;
      - travaux de think tanks ;
      - travaux universitaires.
       
      N'hésitez pas à proposer ce que vous avez dans un coin de la tête ! Je ferai le classement !
    • By Nathalie MP
      Dans le lien ci-dessous, descriptif du nouveau dispositif de la région Hauts de France pour donner de la mobilité à des chômeurs qui retrouvent un emploi.
      http://www.hautsdefrance.fr/en-route-pour-lemploi/
      Qu'en pensez-vous ? 
       
      Ce que j'en pense de prime abord :
      - Ca va coûter une blinde pour des effets microscopiques (40 véhicules)
      - Ca consiste à accepter notre marché de l'emploi tel qu'il est, c'est-à-dire bloqué, et à y apporter des petits pansements coûteux, limités, superficiels qui ne changeront rien sur le fond. 
       
    • By Bézoukhov
      Bonjour !
      On a du discuter il y a quelque temps de la vidéo de je sais plus trop quel imbécile sur la fraude fiscale. Ce sujet n'a pas vraiment pour objet de discuter de la fraude fiscale en elle-même, mais plutôt de réunir quelques éléments quantitatifs sur celle-ci (et pourquoi pas synthétiser sur wikibéral).
      Depuis quelques jours, j'essaie en effet de sourcer les affirmations du "de 50 à 80 milliards" qu'on trouve un peu partout pour deux raisons :
      1. Parce que j'ai l'impression que c'est un peu du bullshit ;
      2. Parce que j'aimerais bien savoir ce qu'il y a dedans - mon boulanger qui déclare pas les 4€ du sandwich de midi, c'est pas du tout la même chose qu'un sandwich hollandais (au moins du point de vue argumentaire face à gauchiste ).
      Grosso modo, les sources ont l'air de pointer soit :
      - vers une étude du syndicat Solidaires Finances Publiques : http://www.leparisien.fr/economie/la-fraude-fiscale-couterait-80-milliards-d-euros-22-01-2013-2502023.php. Après de nombreuses recherches, j'ai fini par le trouver : http://docplayer.fr/1593137-Rapport-du-syndicat-national-solidaires-finances-publiques.html .
      - vers un rapport de sénateur communiste : https://www.senat.fr/rap/r11-673-1/r11-673-11.pdf. Où la seule référence est magique : "Des estimations évaluent en effet à quelques 50 à 80 milliards d’euros par an le montant des pertes de recettes fiscales et sociales dues à la fraude, somme à rapprocher des 80 milliards d’euros de déficit pour 2012." Je suppose donc qu'il parle du rapport du syndicat sans le sourcer - sauf que le rapport dudit syndicat se réfère à ce rapport sénatorial pour estimer la "fraude fiscale internationale" (bordel, on leur apprend quoi aux assistants parlementaires à l'école ??).
      Il n'y a que quelques pages qui concernent la quantification dans le rapport de Solidaires, mais j'ai l'impression qu'ils ne font qu'une actualisation d'un vieux rapport (sur quelles bases ? Le doigt mouillé encore une fois ?). Toujours est-t-il que les 80 milliards se décomposeraient comme suit - la méthodologie est vraiment pas claire... - :
      - IR > 19
      - Patrimoine > 6
      - Autres (impôts locaux et autres) > 4
      - TVA > 19
      - IS > 32
      La fraude internationale, qu'ils estiment dans les 35, doit se décomposer entre TVA et IS. Mais, à la louche, parce que je vois pas pourquoi il y a qu'eux qui auraient droit au louchomètre, on a bien 40 milliards de "fraude fiscale" qui correspond à des plombiers qui arrondissent les fins de mois...
×
×
  • Create New...