Jump to content
Sanson

Libéralisation du marché du travail et pauvreté

Recommended Posts

Y a des gens qui aiment leur job de caissier. Faut etre un gros nul misanthrope pour ne pas le savoir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Y a des gens qui aiment leur job de caissier. Faut etre un gros nul misanthrope pour ne pas le savoir.
Quel rapport avec ce que j'écris ?
La fin de la nécessité de tels jobs est une bonne chose, s'tout. Si certains aiment être caissiers ils pourront toujours trouver des opportunités de l'être. Le marché du retail est suffisamment important pour qu'ils trouvent des clients aimant avoir affaire à des caissiers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'était  comme les pompes à essence avec un mec qui te servait. Attente et le mec passait 8 heures à respirer de l'essence (cancerigene). Id pour les péages d'autoroute avec gaz d'échappement.

Il y a des boulots chiants ET toxiques.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 51 minutes, Neomatix a dit :


L'expression "destruction d'emploi" n'a aucun sens. Un emploi n'est pas une richesse ou un bien qui peut être détruit. C'est un besoin de main d'oeuvre. Quand tu manges à satiété tu ne détruis pas ta faim, tu l'assouvis.
La diminution du besoin en caissiers c'est la fin d'une tâche répétitive et à faible valeur ajoutée. Une tâche aliénante, quoi. Faut vraiment être un gros nul misanthrope pour trouver ça mal.

Je me demande comment faire entrer dans l'esprit d'un gauchiste ce genre d'arguments, mais je pense que Tramp a raison, c'est peine perdue

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Bisounours a dit :

je pense que Tramp a raison, c'est peine perdue

 

Evidemment : c'est le même qui va te dire que tout le monde doit aller à l'université et faire des études supérieures et se plaindre que les métiers peu qualifiés disparaissent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Tramp a dit :

 

Evidemment : c'est le même qui va te dire que tout le monde doit aller à l'université et faire des études supérieures et se plaindre que les métiers peu qualifiés disparaissent.

:lol: oui, tout à fait, être par principe opposé à la sélection, c'est l'essentiel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Résultat de recherche d'images pour "colcanopa"

 

Une magnifique illustration des bienfaits des robots.

Ce mec est pire que ce que je pensais. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 hours ago, Bisounours said:

me demande comment faire entrer dans l'esprit d'un gauchiste ce genre d'arguments, mais je pense que Tramp a raison, c'est peine perdue

Le problème n'est pas tellement de leur faire comprendre que caissier est un métier de merde qui doit disparaître. Il est plutôt de leur faire comprendre que, non, il n'y aura pas plus de chômage après leur disparition. 

 

Ce qui est d'ailleurs assez amusant est qu'ils préfèrent ainsi un travail précaire plutôt qu'un -éventuel- chômage. Alors que dès que l'on parle de salaire minimum ils préfèrent un chômage -réel cette fois- à un travail précaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Rübezahl a dit :

1/ leur incapacité fondamentale à être producteurs par eux-mêmes. Ce sont, stricto sensu, des zombies.

 

Non mais pas du tout. Et franchement tu es parti loin. Un gauchiste peut développer des talents et des compétences, et être très productif.

 

Le gauchisme, c'est un peu comme une religion : c'est une morale, on naît dedans, et ensuite il fait partie de l'identité. Le profit fait partie des idées ennemies de la gauche (c'est un mot appartenant au mal), par principe, à l'inverse du social et du bénévolat. Il n'y a pas d'autre raison.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, L'affreux a dit :

Non mais pas du tout. Et franchement tu es parti loin. Un gauchiste peut développer des talents et des compétences, et être très productif.

Tu as raison. Cette description ne s'applique pas à tous les gauchistes (et elle en concerne aussi d'autres qu'eux).

C'est plus une description d'un certain type d'individu ... dont le profil se retrouve beaucoup à gauche.

 

il y a 9 minutes, L'affreux a dit :

Le gauchisme, c'est un peu comme une religion : c'est une morale, on naît dedans, et ensuite il fait partie de l'identité. Le profit fait partie des idées ennemies de la gauche (c'est un mot appartenant au mal), par principe, à l'inverse du social et du bénévolat. Il n'y a pas d'autre raison.

Pas d'accord là.

Je sors ma carte Spinoza : "On n'adhère pas à ce qu'on estime être bon, on estime être bon ce à quoi on adhère"

Le gauchisme va a certaines personnes comme un gant, et c'est ça la raison basique de leur adhésion.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Rübezahl a dit :

Le gauchisme va a certaines personnes comme un gant, et c'est ça la raison basique de leur adhésion.

 

J'ignore s'il existe des statistiques mais le positionnement politique provient je pense le plus souvent de celui des parents. C'est comme pour le choix d'une religion : ceux qui font un choix sont les exceptions, la règle est de rester dans la religion des parents.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout cela est très probablement essentiellement culturel, donc dépendant de l'éducation et de l'environnement social. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, calypso13 said:

https://www.nouvelobs.com/societe/20170828.OBS3870/bien-dormir-ce-luxe-qui-creuse-les-inegalites-des-l-enfance.html

 

Un contact Facebook vient de poster ça en accusant le méchant capitalisme libéral. Enfin bref, il me désespère un peu

 

En raisonnant par l'absurde, on peut considérer la solution non-libérale : l'état qui impose N heures de sommeil par nuit.

 

On tombe toujours sur une énormité. Sans exception.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12-4-2017 à 17:37, Rincevent a dit :

Je pense que ce serait moins significatif au contraire, précisément parce que c'est un sentiment subjectif et qui dépend de la culture. Or, pour des raisons historiques et culturelles, en France, tout le monde se croit plus pauvre qu'il n'est.

Dans l'État-providence, c'est presque impossible d'inventer un critère objectif pour la pauvreté. Marlenus a déjà écrit: "L'indice de pauvreté est plus un indice d'inégalité que de pauvreté réelle".

 

Ensuite il a demandé: "Vaut-il mieux être considéré comme pauvre et gagner 1650€ par mois et ne pas être considéré comme pauvre et gagner le SMIC? C'est une question qui n'est pas si évidente que ça. Car nombre de personnes se sentent plus mal en gagnant 1650€ mais moins que ses voisins, qu'en gagnant le SMIC mais plus que ses voisins."

 

En fait, la réciprocité est un besoin humain. Par conséquent, il faut que l'inégalité ne soit pas trop élevée. Chaque personne estime son indice de pauvreté au moyen d'une comparaison avec la situation de son groupe de référence. Ce groupe se compose de ses "voisins" au sens large. De plus, l'inégalité sera acceptée dans le cas où elle soit méritée.

 

Voilà pourquoi j'ai suggéré de faire un sondage d'opinion publique sur le taux de pauvreté. Enfin, la pauvreté est définie dans la discussion politique. Pour moi, la question pertinente est: quel est l'indice d'inégalité, qui fait optimal la croissance économique et l'autonomie des individus?

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 hours ago, TheRedBaron said:

Voilà pourquoi j'ai suggéré de faire un sondage d'opinion publique sur le taux de pauvreté. Enfin, la pauvreté est définie dans la discussion politique. Pour moi, la question pertinente est: quel est l'indice d'inégalité, qui fait optimal la croissance économique et l'autonomie des individus?

 

Je prendrais la chose dans l'autre sens : l'indice d'inégalité et la croissance économique résultent de l'autonomie des individus.
Chercher à trouver l'indice d'inégalité qui favorise la croissance, c'est jouer à l'apprenti sorcier, un peu comme injecter plus ou moins de monnaie et voir ce que ça fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 31-1-2018 à 22:35, Mister_Bretzel a dit :

 

Je prendrais la chose dans l'autre sens : l'indice d'inégalité et la croissance économique résultent de l'autonomie des individus.
Chercher à trouver l'indice d'inégalité qui favorise la croissance, c'est jouer à l'apprenti sorcier, un peu comme injecter plus ou moins de monnaie et voir ce que ça fait.

Je ne suis pas sûr, que nos points de vue soient différents. Il y a toujours une interaction entre l'individu et ses groupes. Évidemment, l'individu n'est jamais autonome. Ses groupes l'encadrent.

 

D'autre part, l'individu a sa propre génétique et ses propres expériences. Par conséquent, il faut qu'il cherche l'entourage, qui renforce ses qualités. Pour moi, l'autonomie est la situation, dans laquelle il est à même de réfléchir sur son bien-être, et de changer son sort.

 

Je pense que l'autonomie est souhaitable, parce qu'il est primordial que l'individu puisse rendu responsable de ses actions. Mais c'est seulement une abstraction. Tout à la fois, je suis convaincu, qu'en réalité l'individu flotte au gré des vents. C'est-à-dire, personne ne peut clairement prévoir l'effet des actions et des incidents.

 

Je suis d'accord, que l'évolution est le méchanisme préférable pour avancer. Néanmoins, l'évolution est indéterminée et peut aussi conduire à notre destruction. Donc, il faut qu'on réfléchisse sur l'évolution des groupes, et notamment sur l'évolution de la société. Notez, que souvent les groupes prennent des meilleures décisions qu'un individu isolé. Par exemple, dans le cas où un groupe expert (disons, un conseil) soutient que la société perde sa réciprocité, l'etat doit intervenir.

 

Une telle intervention fait partie du contrat social. La société est un groupe réciproque. En d'autres termes, le capital social doit être maintenu, parce qu'il diminue les coûts de transaction.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 5-2-2018 à 14:55, TheRedBaron a dit :

l'individu puisse rendu responsable de ses actions

Il manque un être.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alternatives économiques....

Remet les pendules à l'heure sur les 35heures ; comme quoi, on peut faire dire un peu ce qu'on veut aux chiffres

Des avis  (à part AE c'est de la merde, of course) pour démonter les arguments  ?

 

 https://www.alternatives-economiques.fr/social/pour-en-finir-avec-dix-idees-recues-sur-les-35-heures-201601251100-00000404.html

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Correlation/causation toussa. 

Macoeconomics = junk science.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 27/01/2018 à 16:42, Neomatix a dit :

Quel rapport avec ce que j'écris ?
La fin de la nécessité de tels jobs est une bonne chose, s'tout. Si certains aiment être caissiers ils pourront toujours trouver des opportunités de l'être. Le marché du retail est suffisamment important pour qu'ils trouvent des clients aimant avoir affaire à des caissiers.

C'est surement une bonne chose pour la société mais les gens ne raisonnent pas toujours au service de l’intérêt général...

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'article dit ceci, ce qui est  peut être réel, mais ce n'est pas un argument très valide si ce pic a juste été ponctuel

350 000 créations d’emplois nettes ont permis aux chômeurs de retrouver du travail. Pendant ces six années, il n’y a jamais eu autant de créations d’emplois par point de produit intérieur brut (PIB) supplémentaire : 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 minutes ago, Bisounours said:

L'article dit ceci, ce qui est  peut être réel, mais ce n'est pas un argument très valide si ce pic a juste été ponctuel

350 000 créations d’emplois nettes ont permis aux chômeurs de retrouver du travail. Pendant ces six années, il n’y a jamais eu autant de créations d’emplois par point de produit intérieur brut (PIB) supplémentaire : 

 

Comment se réjouir d'une baisse des salaires et de la productivité :(

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, nsn a dit :

C'est surement une bonne chose pour la société mais les gens ne raisonnent pas toujours au service de l’intérêt général...

C'est une bonne chose pour chaque individu. Je ne sais pas ce que c'est l'intérêt général.

Caissiers non-nécessaires -> Libération de pouvoir d'achat et de main d’œuvre -> Création d'emplois moins aliénants ailleurs (pour simplifier).

Et pour les rares qui s'épanouissent en faisant le job de caissier, ils trouveront toujours une demande résiduelle (comme pour les vinyles, les barbiers ou autres obsolescences).

il y a une heure, Bisounours a dit :

L'article dit ceci, ce qui est  peut être réel, mais ce n'est pas un argument très valide si ce pic a juste été ponctuel

350 000 créations d’emplois nettes ont permis aux chômeurs de retrouver du travail. Pendant ces six années, il n’y a jamais eu autant de créations d’emplois par point de produit intérieur brut (PIB) supplémentaire :

Alter Eco en 2025 : "Depuis que l'on a interdit les camions au profit des brouettes, 5 000 000 créations d'emplois nettes ont permis aux chômeurs de retrouver du travail"

 

Poursuivre la création ou le maintien de l'emploi, c'est probablement le pire objectif économique imaginable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Neomatix a dit :

 

Alter Eco en 2025 : "Depuis que l'on a interdit les camions au profit des brouettes, 5 000 000 créations d'emplois nettes ont permis aux chômeurs de retrouver du travail"

Poursuivre la création ou le maintien de l'emploi, c'est probablement le pire objectif économique imaginable.

Non, mais là il est pas question d'un Schumpeter avec la tête à l'envers, c'est dire que le fait d'être passé aux 35h a créé de l'emploi ; manifestement si on croit cet article, ça été le cas, juste après la mise en oeuvre de cette loi. Ce qui ne suffit pas à la valider, on est d'accord.

Si je discute avec mon hamoniste (qui a posté cet article sur son fessebouc) et que je dis que les 35h blablabla, il va me rétorquer que "mais non, tu dis n'importe quoi, ça a créé 350000emplois"

Donc faut être armé pour tenir un argumentaire et éviter de simplifier à outrance car on tend le bâton pour se faire battre.

 

Tiens, ça me fait penser au discours simpliste sur les armes à feu en les comparant à un tournevis tueur. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Bisounours a dit :

Non, mais là il est pas question d'un Schumpeter avec la tête à l'envers, c'est dire que le fait d'être passé aux 35h a créé de l'emploi ; manifestement si on croit cet article, ça été le cas, juste après la mise en oeuvre de cette loi. Ce qui ne suffit pas à la valider, on est d'accord.

Si je discute avec mon hamoniste (qui a posté cet article sur son fessebouc) et que je dis que les 35h blablabla, il va me rétorquer que "mais non, tu dis n'importe quoi, ça a créé 350000emplois"

Donc faut être armé pour tenir un argumentaire et éviter de simplifier à outrance car on tend le bâton pour se faire battre.

 

Tiens, ça me fait penser au discours simpliste sur les armes à feu en les comparant à un tournevis tueur. 

Essaye là:

http://www.lepoint.fr/dossiers/economie/bac8-saut-secteur-prive/la-reduction-du-temps-de-travail-ne-cree-pas-d-emplois-26-07-2016-2057150_3163.php

 

Il faudrait aussi se rappeler que nous étions en pleine bulle Internet et que le reste du monde n'est pas passé aux 35 heures:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chômage_dans_l'Union_européenne#/media/File:Unemployment_rate_United_states_-_Europe_1993-2013.png

 

Et aussi qu'il n'existe pas de somme fixe de travail:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme_d'une_masse_fixe_de_travail

Ca, c'est généralement le meilleur argument.

 

Et puis, tu peux poser la question qui tue: les responsabilités, elles peuvent se partager ?

 

Je ne sais pas comment tu fais pour discuter encore avec ces gens; moi, avec les années, cela m'a épuisé et c'est vain. 

 

Mais j'ai eu ma petite revanche: les mauvaises idées finissent toujours par disparaître d'elles-mêmes. Et pour l'heure, les faits et l'histoire donnent quand même plus raison à nos idées.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Neomatix a dit :

C'est une bonne chose pour chaque individu. Je ne sais pas ce que c'est l'intérêt général.

Caissiers non-nécessaires -> Libération de pouvoir d'achat et de main d’œuvre -> Création d'emplois moins aliénants ailleurs (pour simplifier).

Et pour les rares qui s'épanouissent en faisant le job de caissier, ils trouveront toujours une demande résiduelle (comme pour les vinyles, les barbiers ou autres obsolescences).

 

 

C'est une vision trop optimiste de la nature des choses. La vérité c'est ces destructions d'emplois sont potentiellement dès drames personnels avec des externalités sociales qui doivent être prise en compte. Ces transitions sont difficiles et anxiogènes pour des personnes qui parfois sont les premières conscientes de leur manque de qualification, de leur difficulté à en acquérir., de leur incapacité à se rendre  réellement utile sur le marché. 

 

Certains, même dans un emploi que vous qualifierez d'aliénant, s'attachent à a des habitudes, des personnes, des lieux... D'autres ont déjà connu de près et de loin le chaumage et connaissent les émotions de cette situation. Ils savent que vous ne serez pas la pour leur garantir un retour à l'emploi prompt ou profitable. 

 

Personnellement je ne souhaite pas le maintien artificiel de l'emploi qui reste une violation des droits légitimes  des employeurs ou des contribuables. 

Pour autant je garde à l'esprit que certains vont défendre la continuation d'une situation, qui, bien que vous pouvez la considérer comme avilissante, leur convient mieux que ce que vous pouvez (ou pas) leur garantir. 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Waren a dit :

Je ne sais pas comment tu fais pour discuter encore avec ces gens

:) tu as raison, et d'ailleurs c'est ce que je fais ; mais là, je m'amuse à aller mater son fessebouc, c'est un festival de références à Piketty, hommages à Bernard Maris, soutien à Attac, citations débiles, ou détournées. Les arguments rationnels, les exemples présents de pays socialistes dans la misère la plus noire, rien n'y fait, ce sera toujours la faute, au hasard, à l'impérialisme américain, la finance internationale, ou la famille Bettancourt

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Bisounours a dit :

:) tu as raison, et d'ailleurs c'est ce que je fais ; mais là, je m'amuse à aller mater son fessebouc, c'est un festival de références à Piketty, hommages à Bernard Maris, soutien à Attac, citations débiles, ou détournées. Les arguments rationnels, les exemples présents de pays socialistes dans la misère la plus noire, rien n'y fait, ce sera toujours la faute, au hasard, à l'impérialisme américain, la finance internationale, ou la famille Bettancourt

 

Moi, je ne discute plus avec les gauchistes. Cela m'a aussi amusé un moment, mais là c'est fini, tellement cela m’énerve et tellement nous sommes loin de ces gens et même d'une façon générale, de la mentalité franchouillarde. Et je dois dire que lorsque je lis Liborg, j'ai toujours la curieuse impression de ne pas dialoguer avec des Français. Je pense que j'aurai dû naître anglo-saxon ou Suisse, cela me correspond plus.

 

Il n'y a pas grand chose à apprendre de ces gens; bien au contraire, ils ne font que renforcer mon idée que c'est toujours le libre-arbitre qui est le plus important et qui finit toujours par s'imposer, naturellement. Ce qu'il y a de réconfortant, c'est que les gens qui combattent cela échouent toujours.     

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By Bézoukhov
      Bonjour,
       
      Un sujet pour énumérer les différentes réformes/lois en vigueur dans les restes du monde sur l'emploi, et qui pourraient être applicables en France.
    • By Bézoukhov
      Bonjour,
       
      Un sujet pour récupérer les différentes analyses et propositions sur l'emploi émanant de :
      - programmes politiques français ;
      - travaux de think tanks ;
      - travaux universitaires.
       
      N'hésitez pas à proposer ce que vous avez dans un coin de la tête ! Je ferai le classement !
    • By Nathalie MP
      Dans le lien ci-dessous, descriptif du nouveau dispositif de la région Hauts de France pour donner de la mobilité à des chômeurs qui retrouvent un emploi.
      http://www.hautsdefrance.fr/en-route-pour-lemploi/
      Qu'en pensez-vous ? 
       
      Ce que j'en pense de prime abord :
      - Ca va coûter une blinde pour des effets microscopiques (40 véhicules)
      - Ca consiste à accepter notre marché de l'emploi tel qu'il est, c'est-à-dire bloqué, et à y apporter des petits pansements coûteux, limités, superficiels qui ne changeront rien sur le fond. 
       
    • By Bézoukhov
      Bonjour !
      On a du discuter il y a quelque temps de la vidéo de je sais plus trop quel imbécile sur la fraude fiscale. Ce sujet n'a pas vraiment pour objet de discuter de la fraude fiscale en elle-même, mais plutôt de réunir quelques éléments quantitatifs sur celle-ci (et pourquoi pas synthétiser sur wikibéral).
      Depuis quelques jours, j'essaie en effet de sourcer les affirmations du "de 50 à 80 milliards" qu'on trouve un peu partout pour deux raisons :
      1. Parce que j'ai l'impression que c'est un peu du bullshit ;
      2. Parce que j'aimerais bien savoir ce qu'il y a dedans - mon boulanger qui déclare pas les 4€ du sandwich de midi, c'est pas du tout la même chose qu'un sandwich hollandais (au moins du point de vue argumentaire face à gauchiste ).
      Grosso modo, les sources ont l'air de pointer soit :
      - vers une étude du syndicat Solidaires Finances Publiques : http://www.leparisien.fr/economie/la-fraude-fiscale-couterait-80-milliards-d-euros-22-01-2013-2502023.php. Après de nombreuses recherches, j'ai fini par le trouver : http://docplayer.fr/1593137-Rapport-du-syndicat-national-solidaires-finances-publiques.html .
      - vers un rapport de sénateur communiste : https://www.senat.fr/rap/r11-673-1/r11-673-11.pdf. Où la seule référence est magique : "Des estimations évaluent en effet à quelques 50 à 80 milliards d’euros par an le montant des pertes de recettes fiscales et sociales dues à la fraude, somme à rapprocher des 80 milliards d’euros de déficit pour 2012." Je suppose donc qu'il parle du rapport du syndicat sans le sourcer - sauf que le rapport dudit syndicat se réfère à ce rapport sénatorial pour estimer la "fraude fiscale internationale" (bordel, on leur apprend quoi aux assistants parlementaires à l'école ??).
      Il n'y a que quelques pages qui concernent la quantification dans le rapport de Solidaires, mais j'ai l'impression qu'ils ne font qu'une actualisation d'un vieux rapport (sur quelles bases ? Le doigt mouillé encore une fois ?). Toujours est-t-il que les 80 milliards se décomposeraient comme suit - la méthodologie est vraiment pas claire... - :
      - IR > 19
      - Patrimoine > 6
      - Autres (impôts locaux et autres) > 4
      - TVA > 19
      - IS > 32
      La fraude internationale, qu'ils estiment dans les 35, doit se décomposer entre TVA et IS. Mais, à la louche, parce que je vois pas pourquoi il y a qu'eux qui auraient droit au louchomètre, on a bien 40 milliards de "fraude fiscale" qui correspond à des plombiers qui arrondissent les fins de mois...
×
×
  • Create New...